Le management de transition appliqué au monde juridique et fiscal

Amélie Lobry

Après avoir exercé pendant plus de 10 ans la chasse de têtes sur les profils juridiques, fiscaux et compliance au sein du cabinet Robert Walters, Amélie Lobry s’est fixé un nouveau challenge en 2015 : développer une activité dédiée au Management de Transition dans son secteur de prédilection. Une idée avant-gardiste qu’elle a su évangéliser et depuis, installer dans le paysage juridique des grandes entreprises.

Vous avez lancé l’activité Management de Transition Tax, Legal et Compliance il y a 3 ans. Qu’est­-ce qui a motivé ce choix ?

À l’époque, j’ai pressenti que le monde juridique et fiscal avait besoin d’un second souffle au niveau de ses processus de recrutement, notamment pour tenir un rythme d’exigences de plus en plus effréné. Le Management de Transition m’est apparu comme une évidence parfaitement adaptée pour répondre avec agilité et réactivité aux problématiques de ce marché en pleine évolution. C’était un vrai pari car aucune offre de ce genre n’existait alors. En trois ans, je suis parvenue à consolider une activité qui s’organise aujourd’hui autour d’un vivier de plusieurs centaines de candidats et de clients de plus en plus ouverts à cette solution.

Quelles sont les entreprises qui font le plus appel au management de transition et dans quel secteur ?

La demande provient des entreprises du CAC 40, le SBF 120 et des groupes internationaux, appartenant en grande majorité à des secteurs très réglementés. En tête, l’industrie pharmaceutique qui nécessite d’avoir recours à des profils experts (compliance, R&D, data protection, corporate gouvernance ou M&A) pour faire face aux nombreux rapprochements et fusions/acquisitions ainsi qu’aux fortes obligations légales telle que la mise en conformité au GDPR (25 mai 2018). Cette nouvelle réglementation a d’ailleurs provoqué, ces derniers mois, une envolée de la demande sur les ressources juridiques, IT et Data Protection Officers pour accompagner la mise en conformité de la protection des données personnelles.

Sur quels types de profils intervenez-vous au sein de votre activité ?

Si nous avons noté une diversité croissante des missions et un rajeunissement de l’âge moyen de nos candidats (quarantaine), la tendance de fond reste la même. Nos clients recherchent avant tout des profils dotés d’une forte technicité et susceptibles d’apporter un savoir-faire empirique enrichi par un recul stratégique. En l’occurrence, directeur juridique, responsable juridique, senior legal counsel, responsable M&A, responsable corporate gouvernance, responsable droit boursier, directeur et responsable fiscal, fiscaliste international, prix de transfert, legal and compliance officer, DPO…

Quels sont les avantages du management de transition pour ces profils ?

La longévité des missions, de plus en plus significative, de 9 à 12 mois en moyenne désormais ; leur nombre, en forte croissance depuis 3 ans ; et leur intérêt, elles sont de plus en plus stratégiques, sans pour autant être politiques. Concernant les périodes de creux (« intermission »), elles restent en général temporaires (3 mois en moyenne) et surtout, elles représentent une formidable opportunité pour se former aux nouvelles réglementations, suivre des conférences spécialisées dans son domaine d’expertise… En somme, gagner en compétitivité.

Comment expliquez-vous le succès du management de transition ?

L’époque où les salariés restaient des années dans la même entreprise est déjà loin. Avec la digitalisation, le marché de l’emploi a fondamentalement changé. Aujourd’hui, il existe de multiples façons de travailler : parmi elles, le management de transition. Souple, flexible et opérationnelle, cette solution apporte une réponse ciblée à un besoin ponctuel, dans un délai précis. Si le management de transition a progressivement gagné ses lettres de noblesse, il est désormais fréquemment utilisé au sein de secteurs réglementés.

Avez-vous des success stories en juridique & fiscal parmi vos managers de transition ?

Nous pouvons citer de nombreux exemples éloquents de candidats qui illustrent bien la pertinence d’un tel choix dans une carrière de juriste : parmi eux, une responsable juridique appelée dans le secteur pharmaceutique pour une mission qui s’est finalement étalée sur plus de 18 mois, un directeur compliance qui en est déjà à sa troisième mission en moins de 2 ans en tant que manager de transition, ou encore un DPO qui a accompagné un groupe de télécoms dans sa mise en conformité au GDPR pendant près de 24 mois.
Avis à tous ceux qui n’y avaient encore pas songé...

Amélie Lobry
Principal
Management de Transition - Juridique, Fiscal et Conformité

Robert Walters
25 Rue Balzac, 75008 Paris
Tel: 01 40 67 03 16
Mobile: 06 60 06 50 42
E-mail: amelie.lobry@robertwalters.com

Étude de rémunération 

Read more »

Faites un appel d'offres 

Read more »

Nos offres d'emploi 

Read more »

Toutes nos publications 

Read more »