Devenir chargé de recrutement : le parcours de Marion

Marion Benoit | Chargée de recrutement | Management de transition | Robert Walters

Issue d’un parcours en droit, Marion a ensuite découvert l’activité Management de Transition du cabinet Robert Walters, et plus particulièrement le poste de chargée de recherche, lui permettant de capitaliser sur ses précédentes expériences.

Désormais en poste depuis 3 ans, elle revient sur ses missions quotidiennes et sur ce qui la stimule dans ce poste.

Quel a été ton parcours avant d'intégrer le cabinet Robert Walters ?

Issue d’une formation universitaire en Droit effectuée à Assas, j’ai obtenu mon Master I “carrières judiciaires et sciences criminelles”, puis mon Master II “sécurité - défense”, et ai préparé le concours de l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale. En parallèle, j’ai commencé ma carrière professionnelle en tant qu’assistante de justice à l’application des peines du Tribunal judiciaire de Melun. Après deux ans et demi, j’ai eu l’opportunité de devenir juriste conseil au Tribunal de commerce de Melun.

Un an et demi plus tard, j’ai réalisé que ce n’était pas la voie qui me correspondait le mieux. Rester dans un bureau, la tête dans les dossiers n’était pas une perspective qui me séduisait. 

Ainsi, en 2019, j’ai vu une offre d’emploi du cabinet Robert Walters pour le poste de Chargé de recrutement, spécialisé en Management de Transition, et plus particulièrement au sein de l’équipe en charge des domaines juridique, fiscal et compliance. J’ai tout de suite été attirée par le fait de pouvoir allier mes études de droit à une nouvelle activité en RH, mais également par l’aspect humain et relationnel.

Quel est le rôle d'un chargé de recrutement ?

Pour moi, le rôle d’un chargé de recrutement est avant tout d’être un appui, un support technique et moral pour les consultants !

Technique tout d’abord car nous nous chargeons de la recherche, la préqualification et la validation des candidats pour les futures missions. Grâce aux outils dont nous disposons, aux préqualifications téléphoniques et aux entretiens physiques, nous déterminons si le candidat aura la personnalité adéquate pour réaliser de la transition, et les compétences requises pour des missions spécifiques. La constitution, l’enrichissement et l’attention portée au vivier de candidats est donc une partie essentielle du rôle du chargé de recrutement.

Nous avons également un rôle plus administratif à jouer, notamment dans l’anonymisation des CV, la gestion des shortlists de candidats, l’organisation des entretiens avec les clients et la revue des contrats de prestation.

A notre métier s’attache aussi un aspect prospection. En effet, dans l’objectif de conquérir de nouveaux marchés, nous constituons pour les consultants de l’équipe des listes de clients potentiels qu’ils pourraient contacter.

Enfin, le soutien moral me semble essentiel, notamment dans les moments de stress. Les consultants ayant parfois de nombreuses missions et manager à gérer, il est important de pouvoir les soutenir et les épauler.

Quel est l'aspect de ton métier que tu préfères ?

Les entretiens avec les candidats ! Ces échanges me permettent de découvrir de nouveaux environnements et de nouvelles personnalités. Au fil de ces rencontres, j’en apprends un peu plus sur certaines spécificités du juridique, de la fiscalité et de la compliance.

Découvrir de nouveaux profils, réussir à déceler s’ils feraient de bons managers de transition ou s’il vaudrait mieux les orienter sur des postes en CDI est très challengeant. Lorsque nos candidats ne connaissent pas le Management de Transition, j’aime avoir ce côté convainquant dans la manière de présenter l’activité, et voir cette petite étincelle quand certains réalisent que c’est ce à quoi ils aspirent aujourd’hui : de la flexibilité, de l’adaptabilité, de la nouveauté et du défi. 

Il y a également un sentiment de fierté lorsque l’un de nos candidats est missionné et il nous arrive de recevoir des messages de clients ou candidats très satisfaits.

Enfin, j’aime le travail d’équipe. J’en avais déjà l’habitude, mais j’ai découvert ici le succès collectif, les déceptions également, car cela peut arriver. La capacité de rebondir, de se soutenir les uns les autres et de se réjouir des succès de chacun constituent des valeurs fortes au sein de notre équipe. 

Quels sont les prérequis pour être chargé de recherche ?  

Pour être chargé de recrutement, je dirais qu’il faut savoir faire preuve d’adaptabilité, être à l’aise avec les gens et être sociable, car notre rôle nous amène à échanger régulièrement avec les candidats. 

Au départ, je n’étais pas forcément très rassurée, car il faut oser prendre son téléphone et appeler des dirigeants qui ont un certain niveau d’expérience. Cela peut paraître impressionnant, mais finalement avec de la pugnacité, de la ténacité et de la patience, aborder les candidats devient naturel.

Selon moi, le background n’est pas forcément le plus important car on peut progresser très rapidement si l’équipe dans laquelle on se trouve sait transmettre sa passion et son envie d’aller plus loin. 

Ce métier vous intéresse ? Envoyez votre candidature via le formulaire ci-contre.

Ce métier vous intéresse ?

Contactez notre équipe Talent Acquisition via le formulaire ci-dessous.